NETTETE

Les secrets de l’autofocus 

Vous l’utilisez tout le temps. A chaque fois que vous appuyez à mi-course sur le déclencheur, votre appareil fait la mise au point tout seul comme un grand. Oui mais connaissez-vous vraiment toutes les ficelles de l’autofocus ? Je parie que non ! Voyons ensemble comment il fonctionne et comment en tirer parti au maximum !

Les collimateurs 

Si vous avez lu le cours sur les modes de mesure de la luminosité , vous vous souvenez peut-être de ce schéma qui représente ce que vous voyez dans le viseur, à savoir un certain nombre de collimateurs :

Schéma des collimateurs autofocus

Les collimateurs autofocus (ici pour le Canon 450D, mais vous devez avoir quelque chose d’équivalent sur votre appareil ;) )

Les collimateurs sont donc ces carrés et rectangles avec un point au milieu, qui s’allume quand la mise au point est faite. Ils sont en fait la représentation dans le viseur des cellules électroniques qui servent à faire l’autofocus. Et bien les collimateurs sont la base du système de mise au point automatique de votre appareil. On va essayer de ne pas trop rentrer dans les détails techniques inutiles, et on va se concentrer sur deux caractéristiques essentielles que vousdevez connaître de ces collimateurs.

Les 3 types de collimateurs 

Vous ne l’avez sûrement jamais remarqué, mais le collimateur central est en général un carré, et les collimateurs périphériques sont des rectangles, dont certains sont orienté verticalement et d’autres horizontalement. Et ceci a une importance.

Le collimateur central carré représente en fait une cellule en forme de croix, qui peut ainsi faire l’autofocus quelle que soit l’orientation du sujet qu’elle a en face d’elle. A l’inverse, les collimateurs rectangulaires ne peuvent faire la mise au point que sur des sujets orientés perpendiculairement à leur propre orientation. Je parle chinois ? :D Prenons chaque exemple un par un pour mieux comprendre :

  • Un collimateur rectangulaire vertical pourra aisément faire la mise au point sur un sujet horizontal, mais aura du mal voire n’arrivera pas du tout à la faire sur un sujet orienté verticalement.
  • A l’inverse, un collimateur rectangulaire horizontal pourra faire la mise au point sur un sujet vertical, mais aura plus de mal sur un sujet horizontal.
  • Pour finir, un collimateur carré (en croix) est une espèce de combinaison des deux, et pourra aisément faire la mise au point quelle que soit l’orientationdu sujet.

Pour mieux comprendre, essayez de faire la mise au point avec les différents types de collimateurs sur les bords de votre écran d’ordinateur par exemple : vous verrez que les rectangles verticaux ne parviennent à mettre au point que sur les bords haut et bas de votre écran, et inversement.

Explication des différents types de collimateurs autofocus

Parce qu’une image vaut toujours mieux qu’un long discours ;)

Ainsi, ce qui fait la performance des systèmes d’autofocus sur les boîtiers reflex haut de gamme, c’est qu’ils sont composés en majorité (voire en totalité) de cellules en croix, donc de collimateurs carrés, qui n’ont aucun mal à faire la mise au point selon l’orientation du sujet. Sans compter qu’ils possèdent beaucoup plus de cellules de mise au point, ce qui aide un peu également :D

La taille des cellules 

Il me semble très utile de le préciser, car cela peut facilement vous jouer des tours : la cellule est en général plus grande que le collimateur qui est affiché.Cela veut dire que la mise au point n’est pas faite précisément sur le petit point qui clignote, mais quelque part dans le carré/rectangle, et même un peu au-delà.Quel problème cela peut-il poser ?

Et bien quand vous travaillez à de faibles profondeurs de champ , si la mise au point ne se fait pas exactement là où vous le souhaitez, votre point focal peut se retrouver flou. Dommage pour un point focal, vous me l’avouerez ;) D’autant plus que l’autofocus a tendance à choisir les zones contrastées pour faire la mise au point. Il peut donc faire la mise au point sur une zone contrastéeproche de l’endroit exact où vous vouliez mettre au point.

Jessica, portrait de rue

J’aime beaucoup cette image, mais à y regarder plus près, il y a un petit défaut de mise au point qui me chiffonne...

C’est ce qui m’est arrivé pour un portrait récemment : je jure que j’avais fait la mise au point sur l’œil, mais l’autofocus avait en réalité effectué la mise au point sur la mèche de cheveu proche. Et voilà, l’œil est flou, d’autant plus que je travaillais à f/1.8 !

Mauvaise mise au point

Recadrage de l’image à 50% : on voit bien que les cheveux sont nets, mais l’œil légèrement flou.

Dans ce genre de situation, il peut donc être utile de travailler en mise au pointmanuelle, mais encore faut-il distinguer précisément la netteté dans le viseur, ce qui n’est pas toujours évident !

Les modes d’autofocus 

Deuxième composante essentielle de ce système : le mode de mise au point automatique. Et oui, l’appareil a plusieurs façons de mettre au point, et cela peut changer beaucoup de choses.

Le mode One Shot /AF-S 

One Shot chez Canon, AF-S chez Nikon, ce mode est le plus simple, celui que vous connaissez tous et qui est défini par défaut sur l’appareil. Il s’utilise de la façon suivante :

  • Vous appuyez à mi-course sur le déclencheur : la mise au point automatique s’effectue. Le/les collimateurs qui ont mis au point clignotent, et un bip se fait entendre, afin de vous confirmer que l’autofocus a bien été fait.
  • Tant que vous gardez le doigt à mi-course, la mise au point ne bouge pas, quelque soient les mouvements que vous ou votre sujet pourrez faire.
  • Quand vous appuyez à fond sur le déclencheur, le cliché est pris avec cette mise au point.

Ce mode est parfait pour les sujets immobiles ou presque. Il est simple et intuitif, et c’est presque la première chose qu’on apprend à maîtriser sur un boîtier.

Le mode AI Servo /AF-C 

Ce mode est plus complexe de compréhension, mais peut être indispensabledans certaines situations. Dans ce mode, l’autofocus ne s’arrête jamais.L’appareil met constamment au point en suivant les mouvements de votre sujet. Autrement dit, vous n’avez jamais de confirmation visuelle (le point qui clignote) ou auditive (le bip) de la mise au point, puisque qu’elle s’effectue en continu. Quand vous déclenchez, le cliché est donc pris avec la dernière mise au point effectuée.

C’est un mode quasi indispensable sur sujets mobiles, en particulier à des profondeurs de champ réduites où le moindre mouvement de votre sujet peut le rendre flou. Ce mode peut vous être utile pour photographier votre chien qui court vers vous par exemple.

Un très bon exemple de son utilisation est la photo de concert : mettons que vous vouliez shooter dans un bar sombre le guitariste un peu agité du groupe de rock qui s’y produit. Ce mode répond à pas mal de problèmes :

  • Le sujet bouge beaucoup, et donc une mise au point en One Shot serait presque immédiatement foirée par ses mouvements.
  • Il y a peu de lumière : il est donc difficile de faire la mise au point, doncrefaire le One Shot à chaque mouvement serait compliqué.
  • On shoote à grande ouverture (pour compenser le manque de lumière) et près du sujet : la profondeur de champ est faible, et donc il ne faut vraimentpas que le sujet ait bougé depuis le moment où vous avez fait la mise au point.

Les autres modes 

Il existe un mode intermédiaire, AI Focus / AF-A, qui se comporte comme le mode One Shot, sauf quand il détecte un mouvement du sujet. Pour un sujet en mouvement, il vaut toujours mieux utiliser le mode précédent, car l’AI Focus / AF-A sera toujours plus lent à le détecter. Selon la gamme des boîtiers, il existe également des modes plus avancés que je n’évoquerai pas ici, mais qui sans doute décrits dans le manuel ;) (que vous devez lire !)

Maîtriser l’autofocus à son plein potentiel 

(ou comment assembler les pièces du puzzle)

Ne pas utiliser la sélection automatique du collimateur 

Si vous laissez le soin à votre appareil de décider où effectuer la mise au point, autant dire que vous lui laissez choisir un paramètre important. L’endroit où l’image va être la plus nette, c’est important non ? :D

Bref, choisissez manuellement quel collimateur utiliser pour faire la mise au point.

Utilisez la molette pour sélectionner le collimateur 

Pour sélectionner le collimateur, vous pouvez appuyer sur le bouton dédié puis naviguer entre les différents collimateurs avec la croix. Mais ça c’est bien quand vous avez le temps. L’œil dans le viseur, vous aurez besoin d’une méthode plus rapide. Et bien il suffit d’appuyer sur ce même bouton et d’utiliser la molette : vous verrez dans le viseur s’illuminer les collimateurs au fur et à mesure que vous changerez votre sélection. Très pratique quand vous devez changer rapidement !

La technique de mise au point / recadrage 

Si votre sujet n’est pas situé sur un de vos collimateurs, vous allez être obligé d’employer cette technique. Vous devez pour cela employer le mode One Shot / AF-S décrit plus haut. Il s’agit tout simplement de :

  • mettre au point sur votre sujet
  • verrouiller cette mise au point en gardant le doigt appuyé à mi-course sur le déclencheur
  • recadrer votre image comme vous le souhaitez avant de déclencher

Il est préférable d’employer le collimateur central qui est plus précis pour utiliser cette technique. Attention : à des profondeurs de champ faibles, le fait de bouger l’appareil entre la mise au point et le déclenchement peut foirer votre mise au point. Dans ce cas, il vaut mieux faire la mise au point avec un collimateur plus proche de votre point focal, voire utiliser la mise au point manuelle.

Voilà, j’espère que cet article vous aidera à maîtriser au mieux l’autofocus de votre appareil, et donc à obtenir des images correctement mises au point et les plus nettes possibles ! N’hésitez pas à poster un commentaire si vous avez des questions, et pour ceux qui ne sont pas encore abonnés à la newsletter, attention, je vous ai dans le collimateur ! (Blague, AH AH AH :D )

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :